Comment devenir biker en Asie ?

C’est évidemment très personnel mais on lit tellement de choses sur ce sujet qu’on va s’y mettre aussi.

Sachez que même si vous n’avez jamais été biker, c’est largement faisable, vous aurez un peu d’appréhension les 2-3 premiers jours et ensuite ça roulera…

Où acheter la bécane ?

La première chose c’est l’achat de la moto. On conseille de l’acheter dans les capitales et surtout dans les zones de passage des backpackers.

Au Cambodge, c’est compliqué concrètement et la moto vous reviendra très cher par rapport à sa valeur, sinon essayer sur Phnom Penh voire Siem Reap.

Au Laos, un peu mieux, quelques motos disponibles mais, à notre avis, légèrement au dessus de leurs prix. Pour notre part on l’a acheté à Luang Prabang car on avait marre de payer les transports, c’était notre poste de dépense numéro 1 au Cambodge et Laos. Concrètement on a pas fait l’affaire du siècle pour le prix mais au final on est pas déçu de la bécane, elle a été quand même plutôt fiable. Sinon vous pouvez en trouvez sur Vientiane ou Viang Viene.

080fcf_b7b74d95a27045f489f9516b40e596d7~mv2_d_3264_2448_s_4_2

Au Vietnam, le pays par excellence puisqu’elles sont normalement vietnamiennes ! Sur Hanoï, on pense que c’est un bon spot pour s’en procurer pas cher et de bonne qualité (car beaucoup de vendeurs).
Sur Saigon, à priori les vendeurs respectent le marché (comptez 250$ pour une Honda win fiable).
Sinon vous pouvez en trouver sur Hoi An voire Nha Trang.

Quel modèle ?

Le scooter
est assez simple à conduire. Seuls bémols: à 2 avec des backpacks, vous êtes sûrs d’avoir le temps de bien regarder les paysages dans les montées en montagnes^^ et si vous avez des gros sacs, il n’y a pas suffisamment de place pour les charger.

La moto, notre choix, c’est le top. Le grand classique c’est la Honda win 100 (en réalité 107 cm3) : un bon vieux modèle assez robuste, un peu confortable (quoique…) et surtout très simple à réparer pour les mécanos (mis à part quelques champions…).

080fcf_de6ca9318fb34d4ba977737e1849c4a2~mv2_d_3264_2448_s_4_2

Le bon achat : questions, inspection et compagnie.

En premier lieu, savoir précisément le modèle et jeter un coup d’œil sur le moteur (s’il est bien marqué Honda) car ici ce sont les rois de la copie, même pour les motos. Vous pouvez trouver des yamada, des kazawaki…
Impératif, il faut plus de 100 cm3 sinon prenez votre mal en patience, car à moins il est compliqué d’atteindre les sommets rapidement.

Les questions clefs :

Le lieu d’achat, si hors Vietnam, comment s’est passé le passage frontière. Normalement vous aurez un papier de passage de frontière. Nous on l’avait pas car elle est arrivée au Laos cachée dans un camion alors petit blackshit à la frontière ^^! Merci Adam !!
Présence de la blue card : c’est la carte d’identité de la moto. Si vous ne l’avez pas vous ne passerez pas les frontières. Vérifiez le numéro et sa concordance avec votre plaque d’immatriculation.
Nombre de kms faits par le propriétaire et trajet approximatif. Ça permet de voir un peu le type de route.
Accidents, pannes et surtout quelles pièces ont été changées. C’est fondamental. De notre point de vue, il vaut parfois mieux une moto avec quelques pannes donc des pièces neuves qu’une moto ou le propriétaire vous dit que tout allait très bien (perso j’y crois pas trop^^) et ça voudra dire qu’à un moment donné ça sera vous de changer les pièces!!
Changement d’huile. Au bout de combien de kms ? La norme : 300 à 500 kms selon les consommations, généralement tous les 400 kms.

Votre inspection (par ordre d’importance) :

Présence d’huile « fraîche » au sol ou sur la moto. Etat général des pièces.
Vérifier la stabilité avant/arrière : pour cela essayer de voir s’il y a du jeu au niveau de la roue centrale, en clair si ça bouge beaucoup. Nous c’était notre erreur de pas avoir trop fait attention à ça. Au final on l’a changé pour 20€ avant de la revendre c’était nécessaire et plus sécurisant pour les acheteurs.
Phares, feux et clignotants : petit plus pour nous quand ils clignotent, ils sont accompagnés d’un petit bruit (pénible mais on vous repère mieux)
L’état des pneus : notre deuxième erreur car quand on l’a acheté le pneu arrière était au bout de sa vie… ça coûte quand même une quinzaine d’euros^^.
Klaxon : c’est votre assurance vie pour prévenir que vous exister ^^.
Les suspensions : montez dessus et « sautez » dessus, vous verrez si le rebond est bon… Si vous êtes 2 à mater sur la moto, le top c’est d’avoir de bonnes suspensions arrière.
Le compteur ne fonctionne quasiment jamais pour les anciennes Win mais le voyant neutre doit marcher, très pratique car qui dit vieille bécane dit difficulté à embrayer et parfois le neutre se trouve entre deux niveaux.
Présence du rack central voire les deux latéraux. On conseille d’avoir les trois pour les backpacks c’est top. D’autant plus si vous voyagez a deux comme nous.
Avoir plusieurs sangles : 3 minimums.
Démarrage au starter. Pas une priorité mais un gros plus, car c’est galère à notre avis d’utiliser le kick !!
Enfin, essayez la et baladez vous un peu avec même si vous n’êtes pas un expert et que c’est une première. Voyez si vous êtes à l’aise avec et si vous trouvez qu’elle fait des bruits bizarres.
On vous conseille d’en essayer plusieurs pour être sûr de votre choix.

080fcf_26ffc11c2a2c4bca9eeaa7e60ec8fcba~mv2_d_2448_3264_s_4_2

À quel prix ?

La fameuse question! Pour une Honda win classique, qui a donc un peu vécu, c’est maxi 300$. Après il y a des modèles plus haut de gamme comme la detech et là ça peut grimper très haut (on en a vu partir pour 600$).
L’ideal qu’on s’était fixé c’est 250$ maximum d’autant plus si vous êtes au Vietnam. Au final on a finit à 280$ car il y avait pas trop de choix et on en voulait une vite (pas trop patients quoi ^^).
Concrètement au Vietnam, évitez de mettre plus de 250$, au Laos max 300$ si elle est de qualité. Au Cambodge, c’est la loterie…

Y’a de la casse ou pas ?

La grosse crainte de tous les backpackers bikers c’est la chute. On doit avouer qu’on a eu quelques frayeurs : des animaux, des enfants et même des adultes tête en l’air. Il nous ai même arrivé d’arrêter notre folle traversée dans un buisson au ralenti sur les routes rocailleuses du Laos.
Après, honnêtement tous nos amis voyageurs ont eut un accident … alors on va essayer de vous donner un peu quelques conseils sur la conduite. Encore une fois on ne prétend pas du tout être des experts mais ça s’est bien passé pour nous alors on essaie de transmettre ^^!

080fcf_0fb0c2cabf1f44a49a45e22ccb751c76~mv2_d_1536_2048_s_2
On a trouvé ce petit résumé du prix des pièces au Vietnam, histoire de pas trop se faire avoir par le mécano.

080fcf_0ebcb3d25c2343368cce95ba5402b8b7~mv2

Conseils pour un road trip sans soucis (enfin presque…)

Equilibrer l’arrière de la moto avec les sacs : le plus gros backpacks sur la partie centrale et des sacs plus légers de part et d’autre. On avait fait différents tests et Jérémie était le plus stable dans ces conditions là. N’hésitez pas à rapprocher au maximum les sacs vers l’avant, la stabilité est meilleure.

080fcf_43ad51cc2c7343ea973923fee85922aa~mv2_d_2457_2448_s_4_2
Freinage : 70% à l’arrière. Après la chute du Cambodge en scooter en voulant freiner de l’avant, Jérémie n’a jamais voulu recommencer !! On a constamment freiné sur l’arrière avec le pied droit.
La montagne : pas de stress ça va monter tranquillement. 40 km/h pas plus !! Attention dans les descentes à se mettre un peu en arrière ça rend le freinage plus performant. Ajoutez à cela votre frein moteur et vous n’aurez presque aucune frayeur…
Faites des pauses tous les 50-100 kms : la conduite demande beaucoup d’attention et d’énergie. Ménagez vous les amis « bikers », les routes demandent beaucoup de concentration. De toutes façon vos fesses vous demanderons des stops réguliers. En plus, vous pourrez profiter des paysages.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA080fcf_ceb025e7365c4ab58f509577f2762127~mv2_d_3264_2448_s_4_2
Le bon trajet du jour : 150-200 kms. Comptez 3h environ en partant le matin vers 8-9h et ça vous laisse l’après midi pour commencer à profiter de votre nouvelle étape. On a fait jusqu’à 400 kms en une journée, c’était usant (9h de route) mais nécessaire car on ne voulait pas s’arrêter dans des villes sans intérêts… on le referait quand même !!
Faire gaffe aux mécanos : ils veulent souvent vous escroquer !! Alors négociez les prix et ne vous laissez pas faire. On vous met un tableau du prix moyen des pièces.
La vidange (changement d’huile) : c’est tous les 400 kms en moyenne quand vous n’avez pas de fuite d’huile comme nous.
Pas de stress, ils conduisent encore moins bien que nous ^^ il faut toujours contourner les obstacles en tout genre (animaux, voitures, bus et deux roues). Il nous est arrivé de caler en plein milieu d’un carrefour bondé, on a soufflé un bon coup et c’est passé !
Utiliser le Klaxon pour signifier que vous doublez ou que vous arrivez sur des carrefours un peu fous !!
Pour le pilote il est impératif d’avoir un casque avec visière (filtrant les uv ++) : Jérémie a fait une bonne partie du trip avec les lunettes de notre partenaire La Maison Bracq mais attention aux insectes en tout genre et à la pollution si variée (terre, sable, gaz d’échappement…)
Conduisez avec des bonnes chaussures, évitez les tongs.
Le soleil tape fort, pensez à la crème solaire ^^. Vous aurez le droit à un bronzage de motard, sinon optez pour le pantalon et veste, très chaud mais aussi plus sécurisant si chute.
Avant de partir le matin, vérifiez la tension de votre chaîne, votre niveau d’essence et l’état des pneus.
Prévoyez toujours un plan A et un plan B. Parfois les trajets se passent très bien, donc pas de soucis, vous arrivez à destination exactement à l’heure à laquelle vous aviez prévu. Mais parfois, on ne contrôle pas les pannes ou la météo… Au bout de 15 jours de moto, nous avons compris qu’il fallait toujours trouver un autre endroit pour dormir entre deux. Au cas où…

Économie ou pas ?

Pour nous, c’est un immense OUI. On ne vous embêtera pas avec les chiffres mais on a divisé par deux notre budget transport. Au Vietnam, le bus avait l’air un peu plus cher de ce qu’on a pu voir.

Un petit mot sur la revente.

Tentez le coup de la mettre à votre prix d’achat. Diminuez de 20-30$ maximum et si plusieurs acheteurs vous font toujours la même remarque passez par le mécano vous vous y retrouverez après.
En cas d’échec, certains garages reprennent les motos 100 à 160$ donc pensez y qu’en dernier recours ! Prévoyez 2-3 jours pour la vendre. Mettez une affichette sur votre moto, dans les grosses guesthouses de backpackers.
Pour notre bécane, on la revendu 250$ sur Ho Chi Minh à Marine et Robin, un couple de marseillais qui sont actuellement en road-trip.
On leur souhaite bonne route et prudence.

080fcf_8448dfdce5e14003a770bc7748071c26~mv2_d_3968_2976_s_4_2.jpg

Où trouver les bécanes et les vendre ?

La référence des annonces de moto : craiglist.
Les groupes Facebook : VIETNAM BACKPACKERS TRAVEL AND SALES, Vietnam Backpacker Sales et Backpacking Vietnam by Bike – Sales and Advice.
Les gros quartiers de backpackers dans les rues et guesthouses.

Conclusion

Avantages :

Economie non négligeable
On est libre de s’arrêter quand on veut
On évite les trajets en bus avec arrêts multiples et farfelues (on vient de vendre la moto au moment d’écrire l’article et on la regrette déjà en voyant la galère qu’on vit dans le bus^^)
C’est aussi ça l’esprit voyageur, c’est prendre des risques, aller où peu vont. C’est roots !!
Profitez des paysages à un rythme plus tranquille, saluer les enfants…

080fcf_45e21773f7944ae0a00a988f7c4988ed~mv2_d_3264_2448_s_4_2080fcf_56b9f9bdb8e1433da29832df6ce74d80~mv2_d_2448_3264_s_4_2080fcf_324f71b8a2d6409f8c421a286e39df15~mv2_d_3264_2448_s_4_2080fcf_d7876f05e9e94f4593b917e1099d96b2~mv2_d_2448_3264_s_4_2080fcf_81518511f0b847fb9c0445dc29d06e5f~mv2_d_3264_2448_s_4_2
Vous êtes maîtres de votre conduite car parfois quand on voit comment conduisent les bus, il vaut mieux prendre sa moto ^^!
Vous allez voir des choses étonnantes.

080fcf_5eba4c355bdd4af2a3e4d45bb4a75262~mv2_d_3264_2448_s_4_2080fcf_3bfd26511e7945fd9e96801b1e8cc36c~mv2_d_3264_2448_s_4_2080fcf_88523227e9e74c6ca92ae3a65f0803a0~mv2_d_3264_2448_s_4_2

Inconvénients :

Prise de risque lors de l’achat car on est rarement des experts donc on peut l’acheter un peu trop cher ou passer à côté de futures pannes.
La revente peut s’avérer compliquée et vous faire perdre du temps. Cependant vous serez toujours gagnants.
Le coup de la panne : ça vous arrivera mais vous trouverez toujours un mecano plus ou moins bon qui vous réparera la pièce. Au bout du compte vous aurez perdu du temps et de l’argent mais c’est minime. Surtout que ça arrive aussi avec les bus (le notre est arrêté depuis 15 minutes).
Attention au dos et aux fessiers : y a pas de secret, on subit un peu la route. Méfiance avec le pot d’échappement c’est chaut et ça brûle : on a chacun notre petit tatoo !!
En couple, il y aura quelques petits accrocs entre vous ! C’est aussi ça la vie ^^.
Quand il pleut, priez pour que ça cesse vite ou enfilez votre plus vêtement de pluie.

080fcf_759981ba39c0415795162394812c7d93~mv2_d_3264_2448_s_4_2080fcf_e16929beee3444af9e08dbca69411450~mv2

Si c’était à refaire ?

Jérémie : « aucun doute je repars avec la bécane sans problème. On a vécu de supers moments, vu des paysages qui ne sont pas accessibles autrement, rencontrer les locaux. On a eut un peu peur, j’étais un peu tendu aussi mais ça nous fait aussi des souvenirs à raconter. C’était vraiment très positif !! Je repartirais pour une nouvelle aventure avec Baguerinho. » »

Emmanuelle : « Etre le co-pilote ce n’est pas toujours évident car si on regarde malencontreusement trop les paysages et qu’on oublie d’indiquer la route au pilote, cela peut s’avérer parfois compliqué. Un des gros point négatif que je retiens, c’est vraiment la douleur aux fesses. Mais en dehors de tout ça, il n’y a qu’à moto que l’on peut vivre des expér iences comme la nôtre. Je me souviendrais toujours d’un arrêt que l’on a fait au Laos dans un petit village. Tous les enfants étaient autour de nous et nous regardaient manger, comme s’ils n’avaient jamais vu d’étranger s’arrêter ici. La moto c’est quand même une liberté. Si c’était à refaire, c’est sûr que l’on recommencerait. »

080fcf_c4eb45612c514d218bb7d0a3bcb69a56~mv2Et voici notre trip en moto. Environ 2500 kms de routes en un mois.

080fcf_6194366c90a34e33b38efd818a73023d~mv2

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close