Chapitre 2 : Ushuaia

Ushuaia, en dehors des sentiers battus

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ushuaia
Qui n’a jamais entendu parlé de Ushuaia, la ville du bout du monde ? Endroit que l’on imagine assez hostile et en permanence plongée dans la brume et le froid. Pire encore, certains s’imaginent une terre paradisiaque en référence à la célèbre marque de gel douche. Et bien NON !!!
En arrivant en Amérique du Sud, Ushuaia faisait évidemment partie d’un de nos stops en Patagonie. Nous l’imaginions presque dépeuplé, des petites maisons de bois avec leurs cheminées fumantes parmi les montagnes enneigées.
Cependant, dès notre arrivée sur l’île de Pâques et en rencontrant d’autres voyageurs, la plupart nous déconseillait d’y aller car Ushuaia est devenue vraiment ultra touristique, affichant des tarifs exorbitants et elle n’était pas si intéressante. Au fil des rencontres, nous avions fait le deuil d’Ushuaia et décidé de ne pas y aller.
Une fois à Buenos Aires, il était temps pour nous de choisir quelle serait la prochaine destination : Puerto Natales pour le Torres del Paine ? El calafate pour le glacier Perito Moreno ? Tout était vraiment cher. Par pure curiosité nous regardons les vols vers Ushuaia!
Et là, coup du destin qui nous offre Ushuaia. Bon, offrir est un bien grand mot mais c’était le vol le plus adorable. Allé, on se lance !
Nous quittons alors la chaleur de Buenos Aires (article ici) ainsi que nos amis Fernando et Clara pour rejoindre le froid !
À peine 4h plus tard, nous atterrissons sur le petit aéroport d’Ushuaia. On avait vu qu’il fallait payer une taxe d’entrée de 15$ (vol interne) et 30$ (vols internationaux) mais on ne nous a rien demandé. Peut être que c’était inclus dans le tarif du billet d’avion. Une fois à l’aéroport, ne cherchez pas le bus, il n’y en a pas. Nous devons obligatoirement prendre un taxi. Ça y est, on comprend qu’on est dans une ville ultra touristique. Money money money! Bienvenue en Patagonie!
Jérémie se renseigne sur les campings les moins chers auprès de la petite office de tourisme de l’aéroport. La femme parle quelques mots de français et est trop contente de nous proposer un tampon de la ville d’Ushuaia sur notre passeport. Mais ce n’est pas un tampon, mais cinq qu’elle nous sort. Sans hésitations, elle nous tamponne les 5 prenant une page rien que pour Ushuaia ! Depuis cet épisode, nous nous demandons si nous aurons assez d’espace sur notre passeport pour recevoir les derniers tampons !!
Bref, nous nous dirigeons vers notre camping (Kelenkeskes). Le chauffeur de taxi nous informe qu’il existe un bus dans la ville pas cher du tout. Il nous montre même les arrêts lorsque l’on passe devant, les petits supermarchés où l’on peut faire nos courses (même si nous en avions fait à Buenos Aires car les tarifs en Patagonie sont bien plus hauts).
Notre camping est un peu excentré, voir beaucoup mais nous sommes hors de toute l’agitation touristique du centre ville.
Il n’y a pas beaucoup de neige sur le sommet des montagnes et il fait beau. Ushuaia est considérée comme la ville de la fin du monde mais c’est en réalité une pure supercherie commerciale. En effet, c’est la ville la plus australe de l’Argentine mais il existe une ville encore plus australe et encore plus proche de l’Antarctique du côté chilien : Puerto Williams.

Que faire à Ushuaia ?

Il y a le circuit traditionnel touristique et qui est assez coûteux et le circuit hors des sentiers battus que nous avons découvert grâce au propriétaire de notre camping parfait pour des backpackers fauchés en quête d’authenticité.

La première option : le circuit classique

– Aller voir le glacier Martial, non loin du centre ville. Il vous faudra débourser 200 pesos (soit 8,4€) la navette AR si vous n’optez pas pour le stop. Bonne Nouvelle: l’entrée du petit trek de quelques heures seulement est gratuit. Mauvaise nouvelle: vous verrez le glacier d’assez loin à priori et il faudra grimper un peu plus loin pour le voir de plus près.
Le phare du bout du monde. Il faut sans doute prendre les service d’un tour opérateur pour vous y rendre ou peut être un taxi. 
Le parc national de Terre de Feu. Pour vous y rendre, il faudra payer 500 Pesos/pers (soit 21€) A/R. Puis l’entrée du Parc est de 350 Pesos/ pers (presque 15€). Quelques campings sont situés le long de la baie d’Ushuaia, la vue est à priori très sympa. De nombreux touristes empruntent les différents sentiers de ce Parc.
Balade sur le canal de Beagle en bateau (ferry avec de nombreux touristes ou voiliers, plus chers mais maximum 10 personnes).
Le train du bout du monde.
Au vu de ces tarifs exorbitants (même le propriétaire du camping et notre taxi le disent), nous avons opté pour les différents treks proposés par le couple du camping.
En effet, notre camping est très bien situé pour le départ de deux randonnées : vers le glacier et la lagune Los Témpanos et vers le Lac Calminante jusqu’au parc de terre de Feu (mais gratuit^^).

La deuxième option : le circuit HOS Trip

1- Trek d’une journée vers le magnifique glacier Los Témpanos.
En poursuivant le chemin qui mène au camping Kelenkeskes (se trouve sur maps.me), nous arrivons à une barrière juste après quelques maisons et de nombreux chiens.
Le chemin se poursuit sur une plaine parsemée de petites fleurs jaunes et un petit cours d’eau clair y fait son lit.
Le cadre est plutôt bucolique et très mignon. Notre chemin se poursuit vers la droite à travers une forêt. De nombreux arbres sont par terre, comme rongés. Mais par qui ?

Père Castor, raconte nous une histoire….

Cette « déforestation naturelle » est l’œuvre des milliers de castors qui rongent et détruisent les forêts. Une petite centaine avait été importé du Canada à Ushuaia. Le problème c’est qu’ils se sont trop reproduits et détruisent tout sur leur passage (forêts, détournement de cours d’eau). Les argentins en ont tellement marre qu’ils demandent même aux habitants de les tuer et les manger s’ils en voient, en expliquant que le castor est une très bonne viande!

Nous continuons la balade qui est d’un niveau modéré. Le dernier kilomètre est un peu plus raide puisqu’il faut monter jusqu’à la laguna de Los Témpanos. Mais cela en vaut vraiment la peine. La vue du Lac bleu clair face aux montagnes et glaciers est magnifique.

 

En plus, il y a seulement une famille avec un gros chien, bref on est quasiment seuls ! Que du bonheur.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Glacier Los Tempanos – Ushuaia
Nous longeons le Lac sur la droite afin d’atteindre les tunnels de glace formés par le glacier. Le premier est un peu décevant par sa couleur, car comme la plupart des glaciers, il est recouvert de poussières et de débris des montagnes qui lui donne une couleur noire!
IMG_1330
Glacier Los Tempanos – Ushuaia
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Glacier Los Tempanos – Ushuaia
Nous escaladons une partie du glacier sur la gauche afin d’arriver à des petits tunnels de glace non pollués! Enfin le bleu tant attendu par Jérémie!! C’est vrai que c’est impressionnant d’être aussi proche d’un glacier et de pouvoir s’y glisser en dessous.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Glacier Los Tempanos – Ushuaia
IMG_1328
Glacier Los Tempanos – Ushuaia
Au retour, nous nous perdons dans la forêt. Mais cela nous a permis de voir un magnifique Lac bleu avec des arbres y poussant. Heureusement par contre que notre ami maps.me avait bien référencé le chemin et nous avons pu le rejoindre après avoir escaladé des branchages. Même une famille originaire d’ushuaia s’était perdue et pourtant c’était la 3ème fois que la dame venait. ^^
Le soir on essaye de se coucher tôt car nous partons pour un trek de 2 jours le lendemain.
2 – Trek de 2 jours dans le Parc de la Terre de Feu.
Après avoir laissé quelques affaires au camping et emmené avec nous le strict minimum du plus chaud que l’on ai, nous partons, direction le Lac Calminante.
On emprunte le même début de chemin que la veille mais au lieu d’aller à droite, nous continuons tout droit.
IMG_2599
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
14 kms nous séparent du Lac où nous dormirons ce soir.
Les trois quarts du trek sont assez faciles et se font sur terrain plat. Il faut parfois éviter les petits ruisseaux, monter sur les troncs d’arbre pour ne pas se mouiller les chaussures, s’arrêter quelques minutes le temps que les chevaux nous libèrent le chemin et enfin marcher plus vite pour esquiver un groupe trop bruyant d’israéliens. On a froid parfois quand on est dans la forêt à l’ombre mais plus on se rapproche du Lac et plus on monte, plus le soleil pointe le bout de son nez et nous réchauffe. Le temps nous a vite rappelé que nous sommes à Ushuaia et que tout change très vite.
Les 2 derniers kilomètres sont clairement infâmes! Il faut monter 300 mètres de dénivelé sur une montagne de pierres. Nous devons quand même faire attention car le chemin est un peu glissant et nous avons l’impression parfois que la pente est à 45 degrés.
Il nous aurait presque fallu des crampons ou des bâtons de marche pour nous aider.
Ce chemin de la mort enfin terminé, nous avons une vue sur ce très beau lac Calminante.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
Ça en vaut vraiment la peine. Mais nous décidons d’aller un peu plus sur la gauche pour aller voir le Lac supérieur (environ 15 min de marche). En haut, il faut traverser une rivière pour y aller. Le froid et le vent commencent à s’installer et Emmanuelle abandonne l’idée de traverser la rivière pieds nus.
Seul Jérémie y va et cours sur les champs d’herbes mous comme un petit Hobbit (référence à l’article de la Nouvelle Zélande). Retour au « campement » et on s’installe.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
Nous retrouvons Léna Et Loïc, 2 jeunes français en tour d’Amérique du Sud durant 8 mois. Leur principe : ne faire que du stop! Chapeau à eux car ça ne doit pas être facile tous les jours mais ça permet de faire de supers rencontres.
À Ushuaia, le soleil se couche à 23h. Heureusement car une fois couché, il fait très froid!
Vers 19h, le groupe d’israéliens se pointe à notre camp. Nous sommes étonnés car ils n’ont pas de matériels de camping. Et en effet, ils avaient prévus de faire l’aller retour ou sans doute la boucle entière en l’espace d’une après-midi… des grands malades car même si le soleil se couche tard, ils rentrerons forcément dans la nuit. Ils nous demandent le meilleur chemin pour rentrer mais ne connaissant pas l’autre, il est préférable pour eux de reprendre le même chemin qu’à l’aller. Ils repartent donc vers 19h30. Certains sont déjà au bout de leur vie.
Nous apprendrons par le gérant de notre camping le lendemain, qu’ils n’ont jamais retrouvé le chemin, qu’ils se sont perdus dans la forêt. C’est le gérant de leur camping qui, ne les voyant pas revenir, a prévenu les secours et les pompiers à 3h du matin. Il paraît qu’un du groupe était presque en hypothermie. Et nous comprenons tout à fait car ça été l’une des pires nuits de notre voyage. Emmanuelle n’a du dormir que 30 minutes tellement le froid était saisissant et que nous n’étions pas assez équipé pour un froid pareil. On n’imagine même pas pour eux ce que ça devait être.
C’est donc assez tôt et après un réveil musculaire, que nous replions la tente et repartons pour la dernière partie du trek. Il fait encore très froid ce matin et le soleil a du mal à nous montrer sa présence.
Les premiers kilomètres sont vraiment très durs avec la fatigue et le terrain instable composé de pierres. Le soleil réapparaît durant la montée, ce qui nous booste. Les paysages pourraient être dignes de ceux du Seigneur des Anneaux.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
Nous voyons au loin, de gros nuages noirs qui ne présagent rien de bon.
IMG_1316
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
A peine le temps de protéger le sac et d’enfiler nos imperméables que nous nous prenons une tempête de grêle.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
Ajouter à cela un vent glacial et vous êtes à Ushuaia. Mais notre bonne humeur n’est pas perdue et la situation nous fait même rire.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
On avance difficilement à travers cette tempête et…. 😲 d’un coup les nuages s’arrêtent de pleurer laissant place aux rayons du soleil qui éclairent la montagne et sa vallée. Le spectacle est magnifique.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
La deuxième partie se continue par un micro chemin tracé à travers les éboulements de pierres le long d’une montagne.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
Cette partie est un peu longue mais nous avons une très belle vue sur la baie d’Ushuaia.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Trek Laguna Calminante – Ushuaia
Nous terminons dans la forêt, toujours à essayer de ne pas se prendre les pieds dans les arbres à terre. À ce moment là, nos jambes sont très lourdes et la fatigue se fait fortement ressentir.
Juste avant d’arriver à la fin du trek, nous avons eu assez peur d’une meute de chiens enragés qui fonçait sur nous. Notamment un qui montrait vraiment les crocs en courant vers Emmanuelle. Réflexe instantané appris en Asie et que notre gérant de camping nous avait dit de faire en cas d’attaque canine : se baisser pour prendre une pierre et faire semblant de leur lancer dessus. Ni une ni deux c’est ce que nous faisons en même temps. Cela a calmé directement le chien qui s’est arrêté net même si Emmanuelle avait en réalité attrapé une bouse de cheval séchée 😂😂.
Enfin arrivés à la « Grande route », il nous fallait marcher encore 6 kms pour atteindre le centre ville d’Ushuaia. Nous avons eu de la chance car une des seules voitures qui passait s’est arrêtée pour nous y conduire.
Après plus de 12 kms faits dans des conditions pas très favorables, nous nous prenons un gros chocolat chaud et café au Dublin Bar. Trop bonne récompense. En plus, on peut avoir le Wifi après plus de 2 jours sans rien^^ #stayconnected.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Dublin Bar – Ushuaia
Ce trek vaut vraiment vraiment la peine même si parfois il peut être difficile. Si vous avez une tente et de bons équipements thermiques contre le froid, nous vous le recommandons. Vous serez dans le parc national de la Terre de Feu sans payer un rond, sans touristes et les paysages sont magnifiques (surtout la fin de la première partie et la deuxième partie).
IMG_1322
Tierra del Fuego – Ushuaia
Le trek est sans doute possible en une journée si vous partez tôt le matin et que vous avez une bonne endurance et condition physique.
Le soir, nous décidons d’acheter de la viande à Parilla (barbecue patagonien) avec Léna et Loic afin de célébrer notre trek comme il se doit. Que bueno!!!
Il faisait encore très froid ce soir là : la vaisselle et l’eau gelaient. Le gérant du camping nous a donné des matelas et nous a gentiment proposé de dormir dans le refuge (sans chauffage mais quand même un peu mieux que la tente) car le lendemain nous repartons très tôt pour prendre le bus direction Punta Arenas du côté Chilien.
Il a fait tellement froid que le lendemain matin, nous avons eu l’agréable surprise de voir enfin les montagnes d’Ushuaia enneigées! C’était magnifique.
Pour nous Ushuaia a été une belle surprise et nous souhaitons à tout le monde d’y aller. Non pas pour prendre la fameuse photo à côté de la pancarte « fin du monde » mais pour les beaux paysages et les endroits encore méconnus des groupes touristiques qui dépensent des fortunes là-bas.
Il y a tellement de choses à faire et encore d’autre balades, dont celle vers le Lac Esmeralda (très touristique aussi car simple : 4h A/R).
Maintenant direction un autre Parc national du côté chilien qui prend le touriste vraiment pour un porte-monnaie ambulant : le fameux Torres del Paine (article ici).

Où dormir à Ushuaia ?

Eco camping Kelenkeskes : seulement si vous avez une tente. Le couple qui tient ce jardin à côté de leur maison est vraiment sympa et de très bons conseils. Douche chaude faites sur le principes des douches de bateau^^. Un peu excentré mais un bus peut emmener jusqu’au début du chemin pour seulement 7 pesos (0,30€). Il faut ensuite marcher au moins 2,5-3 kms (même s’ils indiquent que 2 kms) pour atteindre le camping. La nuit en tente coûte : 400 pesos soit 16,80€. Pas donné mais moins excessif que dans le centre ville.

Où manger à Ushuaia ?

– Le plus économique est de faire ses courses et/ou de ramener des provisions achetées en dehors de la Patagonie (pâtes, riz, patates et compagnie).
Dublin bar : bar sympa avec différents types de thés et un bon petit menu goûter.
Prix correct pour la ville.

Transports

Avion Buenos Aires -> Ushuaia : 205,64 €. Vraiment cher mais on n’avait peu d’autres options.
Taxi aéroport Ushuaia -> centre ville Ushuaia : 250/300 pesos soit une dizaine d’euros.
Bus Ushuaia -> Punta Arenas : 12h de bus environ, départ à 8h. On l’a pris sur internet avec Buses Bario. Bien prendre à l’avance sinon vous risquez d’être bloqués à Ushuaia. Environ 45€/pers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close